La FENADEB accueille 12 femmes victimes de la traite venues du Moyen Orient

Mercredi le 14 juillet 2021, à l’Aéroport Melchior NDANDAYE, 12 femmes victimes de la traite ont été accueillies par la FENADEB en partenariat avec l’OIM et en collaboration avec le ministère ayant la coopération et les affaires étrangères dans ses attributions.

Parmi ces femmes victimes de la traite et qui venaient de passer plus de trois ans enfermées dans les pays arabes, neuf retournent de l’Arabie Saoudite, trois du Koweït.

Elles ont été recrutées et transportées clandestinement par des personnes non encore identifiées vers le Moyen Orient et ces recruteurs et facilitateurs du trafic leur promettaient du travail avec une rémunération intéressante.

Ces femmes rêvant d’avoir une vie meilleure ont accepté de prendre cette aventure ; mais arrivées là-bas, elles ont été déçues parce qu’elles ont trouvé inacceptables les conditions de vie et de travail dans lesquelles elles vivaient.

D’après leurs propres témoignages, elles travaillaient plus de 20 heures par jour sans repos et sans percevoir le salaire convenu et certaines ne recevaient rien du tout. Quand elles osaient demander leurs dues, elles étaient battues et maltraitées. Certaines ont été violées par leurs patrons, les autres par des gens qui leur donnaient refuges après s’être séparées de leurs patrons.

Elles ont finalement remarqué qu’elles ont été achetées parce qu’il n’y avait personne pour les défendre ou les protéger, « erega twasanze turi abagurano », dit l’une de ces femmes.

« Imaginez que quand l’employeur se lassait de sa domestique maltraitée, il la vendait de nouveau à quelqu’un d’autre, il y en a parmi nous qui ont été vendues plus de 4 fois et passaient de famille à une autre. » a-t-elle martelé.

La plupart de ces femmes ont dû passer plus de deux ans dans cette galère sans espoir de s’en sortir un jour, revenir au pays était l’impensable puisque leurs passeports étaient confisqués par les patrons.

Elles ont décidé finalement de fuir pour arriver à s’en sortir, et elles ont été récupérées par la police, puis sauvées et retournées au pays grâce à l’intervention de l’ambassade du Burundi en Arabie Saoudite en collaboration avec les services consulaires koweitiens ainsi que les autres organisations ayant appuyé et facilité leur retour au Burundi.

 

Arrivées à Bujumbura, elles sont accueillies par la FENADEB en partenariat avec OIM, et des services d’écoute, conseil, orientation, et d’assistance psychologique pour celles qui ont revenu perturbé mentalement leur ont été offerts avant de procéder à leur réintégration dans leurs familles,

 

Luttons Ensemble contre la traite des personnes !!!!!!!

 

 



Leave a Reply