La réintégration scolaire des survivants de la Traite des Etres Humains : une autre façon de lutter contre ce fléau au Burundi.

La réintégration scolaire des survivants de la Traite des Etres Humains : une autre façon de lutter contre ce fléau au Burundi.

 

Dans un projet intitulé «Renforcement du Système de Monitoring de la Traite et autres Violations des Droits de l’Enfant » financé par l’UNICEF, la FENADEB ne cesse de contribuer à la lutte contre le trafic des Etres Humains pour épauler les efforts du gouvernement à lutter contre ce crime qui envahi progressivement le monde actuellement. Dans la plupart des pays africains dont le Burundi, ce crime est presque négligé alors que  le nombre de victimes se multiplie sans cesse si l’on en croit les témoins rencontrés sur le terrain.

A travers ce projet, des cas de violations des droits de l’enfant  sont  suivis au jour le jour et en temps réel et sont rapportés avec un accent particulier sur la traite des personnes ; une sorte de vente et d’exploitation de l’homme par l’homme. Parmi les victimes de cette mauvaise pratique se trouvent aussi les enfants qui abandonnent l’école et qui sont  exploités /‘vendus’ aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. En plus de ce monitoring, des séances de sensibilisations pour la lutte contre ce crime sont faites au niveau communautaire par les points focaux mis en place par la FENADEB et qui sont répartis dans toutes les 119 communes du pays. Souvent, pour des cas nécessitant une intervention spécifique,  des référencements auprès des services spécialisés sont effectués pour les cas sauvés. Par les actions d’interventions de la FENADEB en collaboration avec les autorités administratives locales et policières, plusieurs enfants victimes de la traite sont sauvés, remis à leurs familles et référés dans les structures de prise en charge appropriée pour assistance spécialisée (médicale, légale et/ou psychologique) en cas de nécessité. Il y en a aussi ceux qu’on sauve avant le franchissement des frontières et qui sont raccompagnés dans leurs villages et collines d’origine où ils sont suivis par le comité de protection de l’enfant (CPE) ainsi que les associations du domaine de l’enfance de la localité. Ceux qui avaient abandonnés l’école éprouvent généralement des difficultés énormes à y retourner à cause des moyens limités de leurs familles respectives. Ils restent alors exposés au risque de retomber dans les filets des trafiquants. Pour éviter cette situation, il faut les aider à réintégrer l’école.

En collaboration avec l’UNICEF, la FENADEB vient de répondre aux besoins ponctuels pour 54 enfants-survivants de la traite identifiés dans les provinces de GITEGA, RUYIGI,CANKUZO, RUTANA  et MAKAMBA. Ils ont reçu tout le kit scolaire comprenant les cahiers, les stylos, boîtes mathematicales et cartables pour chacun.  Ces enfants pourront alors reprendre les études et  leurs parents ont beaucoup apprécié ce geste inhabituel. Entre septembre et décembre 2020, au moins 3949 personnes ont été touchées par les sensibilisations à la lutte contre la traite et 102 cas de personnes (dont les enfants) ont été sauvés de la traite et ont été rapportés.

Grâce aux actions de sensibilisation faites par la FENADEB, 78 cas de victimes de traite ont été sauvés et  retournés dans leurs familles. Parmi les 102 cas de traite rapportés, 54 survivants-victimes étaient des enfants issus des familles vulnérables, et qui avaient abandonnés l’école, par manque de matériels scolaires ; ils avaient été vendus par des trafiquants. La majorité des présumés auteurs de ce trafic ont été traduits en justice, mais d’autres se sont cachés et restent introuvables et /ou ne sont pas identifiés.  Malheureusement, peu de leurs complices et indicateurs ont été arrêtés et restent dans la communauté avec les risques de récidive.

Témoignages

Vue partielle de remise du matériel scolaire à 10 enfants survivants de la Traite  dans la commune Bweru en province de Ruyigi par le Chef de projet et le Président du CPE.

Après réception de ce kit scolaire, Irankunda Kevin (vrai nom), 13 ans, s’exclame : «Merci beaucoup FENADEB et Unicef, nos parents n’avaient pas de moyens pour payer notre scolarisation et nous avions abandonné l’école. Et à la maison nous n’avions rien à faire pour gagner au moins le peu d’argent pour survivre. De ce fait, nous  nous étions retrouvés dans des conditions de vie difficiles. Et comme nous vivions dans des conditions difficiles, nous avions cru à des informations qui nous arrivaient et qui disaient qu’en Tanzanie, il y avait d’emploi très rémunérant. Quelqu’un nous a promis de nous amener en Tanzanie et nous avait affirmé avoir trouvé de l’emploi pour nous. Nous sommes alors partis pour aller gagner de l’argent. Heureusement nous avons été interceptés en cours de route et retournés dans nos familles. Malheureusement, nous n’avions pas regagnés l’école par manque de matériel scolaire parce que nos parents sont très pauvres. Pour le moment nous venons de bénéficier du matériel scolaire et nous retournons à l’école pour préparer notre avenir.

Merci à la FENADEB qui ne cesse d’intervenir à nos côtés et qui vient de nous donner du matériel scolaire nécessaire pour contribuer à la promotion de nos droits. N’eut été la FENADEB, nous ne saurions comment sortir des difficultés auxquelles nous faisions face ».

 

#FENADEB#Disons NON  à la traite des Etres Humains#.

www.fenadeb.org

 



Leave a Reply